LGBT

Prévenir le suicide chez les personnes lgbti+

Les personnes LGBTI+ subissent des discriminations et du harcèlement au quotidien. Cela impacte leur santé mentale et, de ce fait, elles sont en moyenne quatre fois plus susceptibles de faire une tentative de suicide que le reste de la population. Chez les personnes trans le risque est encore plus élevé.

Pourtant, nous pouvons tous et toutes agir pour réduire le risque de suicide chez les personnes LGBTI+

Quels signes de détresse ?

Les signes d’alerte permettant d’identifier une personne en souffrance sont communs à la population générale. Comme pour toute personne en détresse, les idées suicidaires sont liées à plusieurs facteurs.

Cependant, le fait d’être confronté à la stigmatisation liée à l’orientation sexuelle et/ou à la transidentité et à celle liée au suicide en général nous invite à être plus attentifs et attentives. Notamment aux difficultés relationnelles (ami.es, couple, famille), aux pressions à l’école ou au travail, ainsi qu’aux étapes importantes de la vie comme le coming out.

Pour découvrir l’ensemble des signes d’alerte, cliquez ici.

Qui peut être aidant ?

Avant tout, la famille est une des premières ressources d’aide, néanmoins, certaines fratries peuvent connaitre des incompréhensions face à un coming
out ou un questionnement sur l’identité sexuée par exemple. Aussi, les frères et sœurs peuvent être des aidants potentiels pour épauler et être facilitateur dans la famille.

Un camarade de classe ou un collègue de travail sont également des aidants potentiels, car des interlocuteurs privilégiés, en contact répété avec la personne en souffrance.

Dans tous les cas, toutes personnes autour de la personne en souffrance peut devenir aidant.

Pour savoir comment faire, c’est par ici.

Dire, je suis là !

Discutez ouvertement avec la personne en souffrance, sans porter de jugement est déjà une étape clé.

Il est aussi très important de permettre aux personnes LGBTI+ d’avoir accès à des soins médicaux de qualité sans crainte de discrimination.

Découvrir la méthode #ditesjesuisla.

Ressources

Une association dotée d’une ligne d’écoute et de soutien aux victimes de LGBTIphobies, elle s’est développée autour de trois grands axes : soutenir, prévenir et militer.

Le site de SOS homophobie pour tous les adolescents et toutes les adolescentes qui rassemble un ensemble d’informations, de témoignages, de conseils, de références de livres, films, bd, chansons, etc., qui parlent d’orientations amoureuses et d’identité de genre.

Propose un hébergement temporaire et un accompagnement social aux jeunes (14-25 ans) victimes de LGBTIphobies.

Association de jeunes LGBT.

Association de dialogue parents-enfants.

Association féministe d’autosupport trans.

 

 

Orienter son proche vers des soignant.es identifié.es comme LGBTI+ friendly via le site :

→  Gyn&co : gynandco.wordpress.com 

→  Psy gay : psygay.com

Couple LGBT

Campagne réalisée avec le soutien de

Ligne d'urgence, d'écoute ou de soutien, en cas de besoin, faites-vous accompagner.